Bonnes adresses,  Food

The Cod House, tapas japonais à Paris 6

Vous êtes avertis dès l’entrée dans cette adresse du 6e arrondissement. Devant vous, une punchline en néon bleu, à gauche un espace bar et à droite, une enfilade de tables où les gens rient et agitent leurs baguettes. Bienvenue chez The Cod House.

The Cod House est un endroit comme je les aime. Déjà parce qu’ils servent des tapas. Et puis parce que ce sont des tapas japonais. Il n’en faut pas plus pour me faire sauter dans le prochain métro. J’ai donc tanné mes amis pour que l’on se retrouve là-bas (et pas ailleurs) ce samedi soir. J’avais prévu le coup et était parmi les premiers à pousser la porte vitrée du 1, rue de Condé. Pour tout vous dire, j’avais déjà essayé d’y aller sur un coup de tête, et en appelant à l’avance ils m’avaient indiqué qu’ils n’auraient pas de place avant 22h. (Je déteste manger tard, car j’ai toujours faim très tôt, comme les Anglais) (et on ne fait pas attendre un estomac, c’est malpoli).

Aparté sur cette mode de ne plus prendre de réservations et de manger tard :

“Encore une qui pousse des coups de gueule tous les deux paragraphes !” Non, non, ne partez pas ! Cet aparté est un lieu de discussion entre vous et moi. C’est quoi cette mode de ne plus prendre de réservations dans les restaurants ? Je joue quand même le jeu, à faire la queue pendant 1h devant une pizzeria parce qu’elles sont vraiment bonnes. Mais ce fameux soir où l’on a voulu se faire un restaurant au dernier moment, impossible de trouver un lieu sympa avec une petite table pour deux de dispo rapidement (pas à 23h, car je vous ai dit que c’est très mal vu sur ce blog de faire attendre un estomac). Alors c’est peut-être pratique pour ces restaurants, mais pour les affamés et autres foodies qui veulent se faire plaisir, c’est assez décevant. Peut-être que Paris est une ville surpeuplée aussi.

Cette fois-ci, nous avons pu avoir une table pour 4 sans souci chez The Cod House ! Commençons donc par le commencement.

Les cocktails

Pas de cocktail ce soir-là. Ne me regardez pas comme ça à travers votre écran ! Je n’étais pas malade, j’avais même très envie de goûter à ces cocktails au saké ou au gingembre. Mais pour 13€ les 10cL, j’ai préféré prendre un verre de Chablis.

Les tapas salés

Le meilleur moment, le choix des plats !

Pour quatre, on a pris :

  • Raviolis frits au poulet (gyozas)
  • 2 Bao poulet croustillant et sauce tonkatsu
  • 1 Bao bœuf fondant et sauce miso
  • Tempura de légumes (pour 8€, je m’attendais à un tapas plus travaillé ! Ce sont de simples légumes frits, j’étais un peu déçue…)
  • Soupe miso et riz blanc : un classique mais tellement savoureux !
  • Tarama à la truffe
  • Filet de bar et bouillon au soja

La carte propose à la fois des plats simples mais très bons, comme les gyozas, bien croustillants et goûtus, la soupe miso et le riz qui étaient eux aussi pleins de saveurs. J’ai été surprise par le tarama à la truffe, car je n’aime habituellement pas le tarama. Mais j’ai repris plusieurs fois de celui-ci ! Le goût de la truffe était bien présent sans être écœurant et la texture moelleuse à souhait.

Le meilleur pour la fin, ces petits bao au poulet croustillant… J’aurais pu en manger encore une dizaine sans m’en lasser, et je rêve de retourner chez The Cod House uniquement pour m’en commander un plateau entier. Ce sont de petits sandwichs au pain brioché asiatique à base de farine de riz et de lait. Ils n’ont pas vraiment de goût, mais la texture est ULTRA-MOELLEUSE (imaginez un très bon pancake). Et à l’intérieur, deux de mes pêchés mignons : le poulet pané et la sauce tonkatsu. J’ai découvert cette sauce paradisiaque chez Aki, dans cet autre sandwich divin : le Katsu Sando. Mais on en reparlera plus tard.

Vous l’aurez compris, je vous conseille fortement de prendre ces petites bouchées lors de votre passage chez The Cod House.

Les tapas sucrés

Le meilleur moment, le choix des desserts ! On a pris :

• les gyozas pomme-cannelle : un délice ! J’adore les petits beignets pomme-cannelle tout chauds et fondants, avec ce petit goût d’hiver qui réchauffe…

• la gaufre au miel et sa glace au thé vert : on s’attendait à un dessert hyper gourmand, mais on a été assez déçus. La gaufre toute blanche devait être faite à base de farine de riz et n’avait, du coup… pas de goût, et une texture assez caoutchouteuse. Pas notre dessert préféré !

• la crème brûlée au thé vert : elle non plus n’avait pas beaucoup de goût. Dommage !

Pourquoi on y retourne ?

Pour partager un verre et quelques tapas ! La carte est riche, une soirée ne suffit pas à tout goûter. Idéal pour une soirée entre amis ou un petit repas en amoureux.

Le prix : Pour un budget de 120€ à quatre, nous avons pris plusieurs entrées à partager ainsi qu’un dessert et une boisson chacun.

Bon à savoir : il vaut mieux arriver tôt pour être sûr d’avoir une place sans trop attendre, sinon on peut patienter à l’espace bar en attendant qu’une place se libère. Les tables sur la mezzanine sont plus intimistes avec leurs petites banquettes en angle !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *